Vendée 

Laiterie

de

L'ILLE D'ELLE

historique : 1891 - 1940

Le premier Président est un certain A. Guyot et le premier Directeur comptable Gustave Guérin. Les premiers statuts ne comportent pas moins de 40 articles qui énoncent de façon précise les droits et les devoirs de chacun. En plus d'avoir la garantie des revenus réguliers par la vente de leur lait, les cultivateurs ''sociétaires'' étaient également assurés dans le cas de perte de leurs vaches par maladie ou autres calamités, en recevant dans ce cas 75% de la valeur de l'animal.

Situation géographique :

La commune de l'Ille d'Elle est située au sud du département de la Vendée sur l'axe routier menant de Fontenay le Comte (85) à Marans (17). Soit en limite de département avec la Charente-Maritime.

Cet établissement laitier se situait à l'embranchement actuel de la route qui mène au Gué de Velluire par la rivière Vendée, "La Guériniére".

 

La laiterie produisait du beurre dit ''extra-fin, des Charentes et du Poitou".

 

Elle obtient plusieurs médailles lors des concours de cette époque :

 

en 1893 à Bordeaux

en 1894 à Paris

en 1896 à Marseille

en 1897 à Toulon, Lyon et Nice

 

Une particularité historique :

Ajoutons pour la petite histoire qu'une autre laiterie-caséinerie fut construite en 1908 dans l'Auderie sur la commune de l'Ille d'Elle. Cela sans aucun doute pour concurrencer celle déjà en place depuis 1891 !

Son existence fut éphémère car elle disparait avant 1914. Monsieur Pelletier alors propriétaire de ces bâtiments demande le 31 décembre 1920, l'autorisation d'y créer un cinéma. Il obtient l'arrêté d'ouverture le 02 janvier 1921 .


En 1940, lors de la dissolution de cette coopérative beurrière, un bon nombre de sociétaires sont restés avec les laiteries du sud Vendée, d'autres se sont dirigés vers la coopérative de Marans (17).

 

Bien après l'arrêt de cette entreprise, la cheminée de cette laiterie-beurrerie est détruite dans les années 1960.

Aujourd'hui les bâtiments ont été achetés par un couple de jeunes, qui les restaure pour en faire leur habitation.

retour