Les Quatre Sergents de La Rochelle : 1822

Le sergent-major François Borie et trois sergents, Charles Goubin, Jean Pommier, et Charles Raoulx, du 45° d’infanterie, avaient fondé une vente de Carbonari dans leur régiment en garnison à Paris. Â la suite de soupçons, le 45° est envoyé à La Rochelle en février 1822 où les sous-officiers sont arrêtés et traduits devant les assises de La Seine; ils refusent de parler, malgré la promesse de la vie et, condamnés à mort, sont guillotinés à Paris le 21 Septembre 1822. Lorsque les Parisiens, en 1830, s’insurgeront et chasseront les Bourbons, beaucoup d’entre eux sauront se souvenir des quatre sergents de La Rochelle. N’ayant participé à aucune rébellion, ils furent considérés comme des martyrs.

--les quatre sergents86-01.jpg (56324 octets)

 


 

Le Porte-Fanion : 1811

Sous-officier qui, en campagne ou dans une prise d'armes, porte le fanion distinctif d'un officier général ou d'une petite unité (bataillon, compagnie...). Le fanion, donné en 1811 par Napoléon à chaque bataillon de régiment, devient le symbole de tous les corps de troupe qui ne possèdent ni drapeau ni étendard à partir de la Première guerre mondiale. Les fanions d'unités élémentaires (batterie, compagnie, escadron...) ont des couleurs réglementaires suivant l'arme. Ils sont en général portés par un  Sous-officier et accrochés à un fusil.

-leportefanion41-01.jpg (60297 octets)

 


 

Le Cadre Noir : 1825

Ensemble des officiers et sous-officiers chargés de l’enseignement de l’équitation dans l’armée française et à l’école de cavalerie de Saumur en particulier, créé en 1825. Le cadre noir doit son nom à l’uniforme de ses écuyers. Chargé de professer l’équitation dans cette école, mais aussi dans les autres écoles militaires, il perpétue à la tradition équestre française, qui lui a été transmise par les professeurs civils employés sous l’Ancien Régime à La Flèche, sous l’Empire à Versailles et Saint-Germain. Les derniers civils ont quittés le cadre en 1854. Le cadre noir a conservé deux célèbres reprises : la reprise des sauteurs, réminiscence des techniques utilisées pour se dégager d’un assaillant (courbette, croupade et cabriole), et la reprise des écuyers, plus académique, composée d’enchaînement de figures de manèges.

--le cadre noir49-02.jpg (47508 octets)

--le cadre noir49-01.jpg (43036 octets)

--le cadre noir55-01.jpg (41116 octets)

 


 

Le Zouave : 1831

Les Zouaves furent recrutés lors du début de la conquête de l'Algérie. Ils ont été créés à cette occasion par le Général CLAUSEL, commandant en chef. Au début, ils sont presque uniquement recrutés parmi les indigènes, surtout parmi les Kabyles de la confédérations des Zouaoua, d'ou le nom de Zouaves. Les zouaves se distinguèrent notamment à la bataille de l'Alma.

--le zouave61-01.jpg (21272 octets)

-lezouave21-01.jpg (52881 octets)

--le zouave16-01.jpg (41644 octets)

Pour en savoir plus sur les zouaves: http://www.4ezouaves.com

  


 

Le Grenadier :

Il rappelle la bataille d'Austerlitz le 2 décembre 1805 où les français firent 30.000 prisonniers et où deux empereurs fuirent devant Napoléon.

--le grenadier76-01.jpg (38036 octets)

--le grenadier99-01.jpg (38604 octets)

 


 

Le Sapeur :

Soldat du génie qui à l'origine emploie la sape pour creuser des tranchées et se rapprocher de l'ennemi. Il est chargé des travaux relatifs aux voies de communication et à l'aménagement du terrain.

--le_sapeur16-01a.jpg (54380 octets)

 


 

Napoléon III : 1808 - 1873

Charles Louis Napoléon Bonaparte fut empereur des français de 1852 à1873, troisième fils de Louis Bonaparte et d’Hortense de Beauharnais. Après une jeunesse en Suisse et en Italie, il tente de renverser Louis-Philippe mais se fait arrêter. Il s’enfuit pour Londres et revint en France après la révolution de 1848 pour prendre le pouvoir.

--napoléonIII14-01.jpg (41884 octets)

 


 

L'officier d'artillerie (1880-1900) :

En 1871, l'École d'artillerie est transférée de Châlons-en-Champagne à Fontainebleau. L'Ecole Spéciale Militaire de St-Cyr (près de Versailles) forme des fantassins, mais aussi des officiers de toutes armes. Il n'est donc pas étonnant de trouver sur cette étiquette de camembert un officier d'artillerie sans doute issu de cette école militaire prestigieuse. Certainement un petit clin d'oeil du fromager "Chevrier" à un soldat devenu officier d'artillerie.

officier-artillerie.jpg (40542 octets)

tunique d'officier d'artillerie

modèle 1893

-le-poilu78-01.jpg (83480 octets)

 


 

L'Alliance Franco-Russe : 1892

La France et la Russie, étant animées d'un égal désir de conserver la paix, et n'ayant d'autre but que de parer aux nécessités d'une guerre défensive, provoquée par une attaque des forces de la Triple-Alliance contre l'une ou l'autre d'entre elles, sont convenues des dispositions suivantes : Si la France est attaquée par l'Allemagne, ou par l'Italie soutenue par l'Allemagne, la Russie emploiera toutes ses forces disponibles pour attaquer l'Allemagne. Si la Russie est attaquée par l'Allemagne, ou par l'Autriche soutenue par l'Allemagne, la France emploiera toutes ses forces disponibles pour combattre l'Allemagne... Toutes les clauses énumérées ci-dessus seront tenues rigoureusement secrètes.

alliancefrancorusse14-01.jpg (52666 octets)

-lalliance98-01.jpg (79204 octets)

-napoleon14-03.jpg (70001 octets)

 

 


 

Louis Pasteur : 1822 – 1895

Chimiste et biologiste français, né à Dole, il effectua de remarquables travaux sur la stéréochimie, puis se tourna vers l’étude des fermentations. Il montra que celles-ci étaient dues à l’action de micro-organismes, et que la « génération spontanée » des microbes n’existait pas. Il étudia la maladie des vers à soie en 1865, puis après une étude sur les vins, réalisa une méthode de conservation des bières, la pasteurisation. De 1870 à 1886, il montra la nature microbienne du charbon, découvrit le vibrion septique, le staphylocoque, réalisa le vaccin contre le charbon et, après d’innombrables difficultés, le vaccin contre la rage en  1885, qui lui valut la gloire.
 
  -pasteur50-01.jpg (84271 octets)  

 

La Guerre des Boers : 1899 - 1902

Le 11 octobre 1899, les Boers (colons Néerlandais de l'Afrique australe établis depuis 1652 au Cap) envahissent le nord du Natal et investissent les places de Ladysmith, Kimberley et Makefing. La contre-attaque anglaise est brisée à Colenso, Stormberg et Magersfontain, mais l'offensive Boer ne se poursuivra pas en direction de la côte. En février 1900, les troupes britanniques, sous la direction de lord Roberts, battent les républicains à Paaderberg puis occupent Johannesburg et Prétoria et prennent le contrôle de l'ensemble du réseau ferré. La lutte se poursuit pendant deux ans sous forme de guérilla, très durement réprimée par Kitchener : fermes brûlées, stocks détruits, femmes et enfants regroupés dans des camps de concentration où 25.000 d'entre eux périront. Après des négociations laborieuses, les chefs Boers (Botha, De Wet, Reitz, Smutz) acceptent la paix de Vereeniging, signée à Prétoria le 31 mai 1902.

leboer14-01.jpg (56259 octets)

depot75-06.jpg (61469 octets)

 


 

La Présidence à l'Élysée : 1873

Le palais de l'Élysée est une ancienne résidence parisienne située à l'angle de la rue Faubourg-Saint-Honoré et de l'avenue de Marigny. Construit en 1718 par l'architecte Claude Mollet, il servit de résidence à Mme de Pompadour, puis à son frère le marquis de Marigny, aux ambassadeurs extraordinaires, au financier Beaujon (1773), à la princesse Caroline Murat, à l'Empereur, puis fut affecté à partir de 1873, à la présidence de la République.

 

 

 

--la présidence à l'Élysée37-01.jpg (54972 octets) H1-98-Le-senat.jpg (366816 octets)

 


 

L'Entente Cordiale : 1904

L'Entente cordiale désigne la période de rapprochement entre la France et la Grande-Bretagne sous la monarchie de Juillet, de 1830 à 1840, puis de 1841 à 1846, et pendant la IIIe République, de 1904 à 1914, où, sous l'influence d'Édouard VII, les conflits coloniaux entre les deux pays furent réglés. La France et la Grande-Bretagne s'entendirent cordialement, mais sans se lier par traité: ce fait incita en 1914 l'Allemagne à croire à la neutralité anglaise: cordialité n'est pas engagement.
-lententecordiale14-01.jpg (70348 octets)

Botha : 1862 - 1919

(Louis) général et homme d’état sud-africain. Député au Volksraad du Transvaal en 1897, il est, malgré son désir d’éviter la rupture avec l’Angleterre, un des plus ardents soutient de Kruger lors de la guerre (1899). Commandant en chef après la mort de Joubert, il réorganise l’armée et intensifie les actions de commando, tout en essayant, dès 1901, de négocier la paix de vereeniging, il poursuit sa carrière politique à la fin des hostilités. Premier ministre du Transvaal en 1907, puis de l’union sud-africaine en 1910, il fait face à la révolte de son ancien ami le général C.R. de Wet (1914), occupe avec Smuts le Sud-Ouest africain allemand (1915) et signe le traité de Versailles pour l’union sud-africaine (1919). Le Botha désigne le soldat luttant pour la paix à coté du général Botha.

--le botha98-09.jpg (77372 octets)

 


 

Le Griffon :

Animal fabuleux à corps de serpent, griffes et bec d'aigle, ailes de chauve-souris, le griffon n'est ni mâle ni femelle et se différencie du dragon par ses quatre pattes. Le griffon souffle le feu et son regard fascine comme celui du serpent. Il voit tout, il sonde jusqu'aux tréfonds de l'âme humaine.  Son courage est celui du lion et sa rapidité celle de l'aigle. Ici, l'étiquette joue aussi un rôle de propagande, le griffon français prenant le dessus sur l'ennemi germanique.

--le griffon98-01.jpg (48236 octets)

 


 

Joffre : 1852 - 1931

Maréchal de France, il entre à l'Ecole Polytechnique en 1869 et l'année suivante participe à la défense de Paris contre les Prussiens. A la sortie de l'X, Il choisit la carrière militaire et participe aux opérations de Formose, du Tonkin, du Soudan, de Tombouctou, et de Madagascar, qui lui apporte le grade de colonel, puis de général. En 1914, il envoie les taxis de la Marne en renfort. Ses stratèges offensifs lui valent le 2 décembre 1915 le grade de commandant en chef des armées. Puis il se rend dans la Somme pour dégager Verdun. Remplacé par Nivelle fin 1916, il devient conseiller du gouvernement puis Maréchal. La consécration lui fut offerte par l'étiquette de fromage. Elle immortalisa son nom par un subtil jeu de mots mettant en relation directe sa valeur militaire à la valeur gustative du camembert.

H2-Joffre.jpg (387438 octets)

 


 

La Première Guerre Mondiale :

Le 28 juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand en visite à Sarajevo en Bosnie-Herzégovine (qui fait maintenant partie du territoire de l’Autriche-Hongrie) est assassiné avec sa femme par un terroriste Serbe. Cet assassinat est l’occasion pour l’Autriche-Hongrie appuyée par Allemagne de régler son compte à la Serbie. Les autorités politiques Austro-Hongroises envoient donc un ultimatum à la Serbie, la Serbie refuse. L’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie le 28 juillet 1914, ce qui provoque un effet domino en Europe à cause des alliances entre les pays. Trente-deux nations vont prendre part au conflit. Et vingt-huit combattront au côté de la triple alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie et l'Italie). Le traité de Versailles reconnaît l’Allemagne et ses partenaires comme les seules responsables de la guerre, ce qui sera perçu comme une injustice de la part de l’Allemagne. 

Plus de deux millions de soldats américains sont venus combattre en France. 

yanks.jpg (206532 octets) --le 1ère guerre mondiale50-01.jpg (51580 octets) Ici, sur l'étiquette,  le Kaïser (Guillaume II) est repoussé par la lumière française, dans un cercle aux couleurs patriotiques.

 


 

Le Poilu : 1914-1918

C'est le nom donné aux soldats français durant la première guerre mondiale. Quatre années passées en première ligne ont incité les fantassins français à se laisser pousser leur barbe et donc à les surnommés les « poilus ». Mais le port du masque à gaz obligera par la suite à réduire cet abondant système pileux, voire à le raser. Ici, le poilu représente le symbole de l'anonymat dans le contexte militaire. On l'identifie comme un proche parent contribuant à sauver la France. Le camembert soutient le moral des troupes jusque dans les tranchées, redonne goût à la vie et vigueur aux soldats.

H3-Lamidespoilus.jpg (406311 octets) poilu.jpg (200223 octets) --le poilu98-01.jpg (49392 octets) lepoilu51-01.jpg (61190 octets) --le poilu14-02.jpg (50736 octets)
  -le-poilu98-02.jpg (81534 octets) poilu005b-1.jpg (189058 octets) -le-poilu98-04.jpg (86119 octets)  
                   
poilu-noyant49-01.jpg (197868 octets) -le-poilu16-01.jpg (98188 octets) poilu-revanche14-07.jpg (202815 octets) poilu-edam.jpg (83063 octets)
                   
  cuistot-14orbec.jpg (200904 octets) -le-poilu98-03.jpg (76256 octets)  
                   

 


 

Le Tank :
Le tank, plus encore que l'avion, fut l'artisan de la victoire alliée. L'idée était née simultanément en France et en Angleterre où chacun de leur côté, le colonel Janin et Winston Churchill poussaient l'expérimentation de blockhaus sur chenilles. Il fallait à tout prix fabriquer un engin tout terrain qui puisse protéger les attaques de l'infanterie, enlever les barbelés, détruire les nids de mitrailleuses et progresser en même temps que les troupes. Les Anglais furent prêts les premiers. Pour assurer le secret, ils laissaient croire que les plaques de blindage étaient destinées à des réservoirs de pétrole : c'est pour cela qu'ils baptisèrent leurs chars du nom de tanks.
H1-14-tank-.jpg (372952 octets)

Pétain et Clémenceau : 1914-1918

Maréchal Pétain (1856-1951) – Vainqueur à Verdun en 1916, commandant en chef des forces françaises après l’échec du Chemin des Dames en 1917, il parvient à redresser leur moral et les conduit à la victoire.

Georges Clémenceau (1841-1929) – A nouveau au pouvoir en 1917, il se consacra totalement à la poursuite de la guerre et se rendit très populaire (Le Tigre) puis négocia en 1919 le traité de Versailles mais fut écarté de la présidence de la république en 1920.

-petain-clemenceau49-01.jpg (97694 octets)

Les Chasseurs Alpins :

Troupes alpines, unités militaires spécialisées dans la guerre de montagne, et particulièrement dans la défense des Alpes. De tout temps, les vallées pénétrantes ont déterminé les zones de combat: la croupe de la Vanoise au Sud de l'infranchissable Mont-Blanc qu'encerclent l'Isère et l'Arc; le Briançon-nais, plaque tournante du système militaire alpin, au confluent de la  Durance et de l'Ubaye, voie directe vers les rocades arrière du Dauphiné. La fortification moderne y étage ses organisations: verrous de Bourg-Saint-Maurice en Tarentaise, de Modane en Maurienne, de Tournon en Ubaye. Le camp retranché de Briançon avec ses hauts ouvrages du Janus, du Gondran et de la Tour, barre la route du Montgenève, tandis que les barrages séculaires d'Albertville et de Mont-Dauphin ont conservé longtemps leur valeur. Dans les Alpes maritimes, le massif de l'Authion est la clef de tous les théatres d'opérations.
  -depot-cam-des-as-98-01.jpg (83563 octets) -hom15-01.jpg (54059 octets)  
                   

 


 

Les Alliés :

Ensemble des nations qui pendant la première guerre mondiale, luttèrent contre l'Allemagne. Cette guerre fut une guerre de coalition. L’attentat de Sarajevo entraîna, par le jeu des alliances, la rivalité navale anglo-allemande et le souci de l’équilibre européen, l’entrée en guerre de la Triple-Entente (France, Grande-Bretagne, Russie) et des Empires centraux (Allemagne et Autriche-Hongrie). A la fin de la guerre, les Etats-Unis détiennent 50% du stock d’or mondial, la France doit à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis 7 milliards de dollars.
  -les-allies98-03a.jpg (200000 octets) H2-98-Poilu4.jpg (406876 octets)  14-Rocques-875.jpg (189820 octets)  
                   
poilu-alliance2.jpg (174401 octets) -le-poilu98-05.jpg (84860 octets) delice-des-allies.jpg (199655 octets) -les-allies98-02.jpg (73749 octets)  

 


 

Les Invalides :

Édifice parisien construit en 1670 pour abriter d'anciens militaires que l'âge ou les infirmités ont rendus incapables de servir. En 1680, Jules Hardouin-Mansart y ajouta la chapelle Saint-Louis, surmontée d'un dôme, dont la flèche  s'élève à 110 mètres, et où furent déposés en 1840, les cendres de Napoléon 1er. Dans la chapelle se trouvent également les sépultures de Turenne, du duc de Reichstadt, de Foch, de Lyautey, et celles de généraux et amiraux. Au cours du XVIII° siècle, la coutume s'était d'instaurée de déposer aux Invalides les drapeaux pris à l'ennemi. L'organisme (Institution nationale des Invalides) fut supprimé en 1904 mais remis en fonctionnement après la Première Guerre mondiale. De 1898 à 1969, il a été le siège du gouvernement militaire de Paris et du commande- ment de la 1ère région militaire de Paris.

H2-Linvalo.jpg (347331 octets)

--les invalides14-02.jpg (51092 octets)

-lesinvalides55-01.jpg (52264 octets)

 


 

Le Souvenir :

La première guerre mondiale aura été une guerre catastrophique pour les belligérants, et tout spécialement pour les pays d’Europe occidentale. La France a compté 1,4 million de morts (27% des hommes de 18 à 27 ans ont été tués), et le double de blessés. 10% de la population active masculine a disparu, 9,8% en Allemagne, 9,5% en Autriche-Hongrie, 6,2% en Italie, 5,1% en Angleterre, 4,5% en Russie, 1,9% en Belgique et 0,2% aux Etats-Unis. On peut estimer à 8 millions de morts les pertes totales de la guerre. La France a eu 7% de son territoire ravagé et sa dette publique est passée de 33 à 200 milliards de francs-or, et les prix ont été multipliés par 3,5.

F3-59-Landrecies.jpg (373546 octets)

 

 


 

Le Parachutiste :

Militaire titulaire du brevet de parachutiste, ayant reçu la formation nécessaire pour sauter en parachute et combattre dès son arrivée au sol. Les parachutistes combattent par petits groupes (commandos) ou dans le cadre d'une grande unité aéroportée. L'emploi de parachutistes s'est générali-sé au cours de la Seconde Guerre mondiale Ils reçoivent trois types de mission : coups de main pour détruire un objectif ou pour s'emparer de personnel ou de matériel (Bruneval, février 1942); conquête de têtes de ponts ou d'aérodromes, qui seront utilisés pour l'acheminement de renforts (Kolwezi, mai 1978); contrôles de points importants du terrain nécessaires au développement ultérieur des opérations (débarquement en Normandie, juin 1944). Les parachutistes reçoivent une formation physique et militaire très poussée, principalement à l'École des troupes aéroportées de Pau.

-lepara55-01.jpg (58137 octets)

 


 

Le Chamberlain
Etiquette représentant sir Neville Chamberlain arrivant en avion le 22 septembre 1938 au château de Godesberg où l'attend Adolph Hitler pour formuler de nouvelles revendications à l'égard de la tchécoslovaquie.

 


 

Le Héros : 6 juin 1944
Le 6 juin 1944, jour "J" du débarquement, le parachutiste américain John Steele saute avec son unité sur Sainte-Mère-l'Église, mais au cours de sa descente, il est atteint au pied par un éclat et perd le contrôle de son parachute qui s'accroche au clocher de l'église. Il tente de se dégager, mais laisse tomber son couteau. En dessous de lui, américains et allemands se livrent de violents combats de rue. Steele, accroché à son clocher, offre une cible de choix aussi fait-il  le mort. Après le départ des combattants, les Allemands le décrochent et le font prisonnier. Son pied est soigné et il s'évade pour rejoindre les lignes américaines. A Fayetteville (Caroline du Nord), John Steele, mécanicien dans une firme, meurt d'un cancer à 57 ans le 15 mai 1969.

-leheros50-01.jpg (62386 octets)

 


 

Le Débarquement :
Les préparatifs du débarquement des alliés en Normandie ont commencés dès 1943. Le 6 juin 1944, l’opération Overlord débute. Dans la nuit, des hommes-grenouilles viennent cisailler les fils de fer barbelés posés par les Allemands dans la mer; à 2 heures, les troupes aéroportées sont lâchées suivi d’un bombardement aérien puis naval; à 6h30 les premières troupes d’assaut et les chars prennent pied sur les plages. À la tombée du jour, dix divisions débarquent. Les alliés mettent rapidement en place des ports artificiels (Arromanches, Saint-Laurent-sur-mer) et un pipeline immergé sous la Manche pour le ravitaillement en essence. Le 12 juin, Bayeux, Isigny et Carantan sont libérés. Les bombardements alliés et les sabotages des résistants rendent impossible aux Allemands d’amener leur réserve du Pas de Calais. Les troupes allemandes doivent replier vers l’est.
--le débarquement14-05.jpg (58140 octets) --le débarquement14-01.jpg (52504 octets) --le débarquement14-02.jpg (57608 octets) --le débarquement50-01.jpg (58796 octets)
--le débarquement14-04.jpg (46924 octets) --le débarquement14-03.jpg (46948 octets) --le débarquement61-01.jpg (50736 octets)

 


 

L’Armada : le 6 juin 1944 :
Pour libérer la France, la plus fantastique armada de l’histoire se lance à l’assaut de la côte normande entre le Cotentin et l’embouchure de l’Orne. Cette armada comprend 8 cuirassés, 22 croiseurs, 93 destroyers, 159 escorteurs, 255 dragueurs de mine, 1068 embarcations de débarquement d’hommes et de matériel. Le soutien aérien est soutenu par 3049 avions de chasse, 3467 bombardiers lourds, 1645 chasseurs bombardiers, 2316 avions de transports et 2591 planeurs. À terre vont intervenir 20 divisions américaines, 14 britanniques, 3 canadiennes, 1 polonaise, et la 2° division blindée du général Leclerc, complétée en effectifs par des mobilisés d’Afrique du Nord et de Corse. Au total cette force gigantesque réunit 2.876.000 hommes auxquels peuvent s’ajouter 41 divisions prêtes à être embarquées aux Etats-Unis.
   

--l'armada61-01.jpg (35484 octets)

--le poilu55-01.jpg (37472 octets)  
         

 

-les-allies98-01.jpg (64934 octets)

--le poilu14-01.jpg (28364 octets)

 

 


 retour "Histoire"